Depuis plusieurs années, je souhaitais m'essayer à la broderie Hardanger mais je n'ai jamais pu assouvir cette envie par manque de temps. Aujourd'hui, je peux m'organiser différemment et c'est le moment ou jamais de sauter le pas.

 Pour mémoire, l'Hardanger vient de Norvège, exactement de la région dont elle porte le nom: Hardanger. Elle est constituée d'un subtil mélange de points comptés et de motifs découpés en offrant une multitude de variantes composant des broderies, traditionnellement, ton sur ton.

 Tout d'abord, je me suis procurée un ouvrage fabuleux, indispensable aux néophytes pour débuter. Il en existe sans doute bien d'autres mais j'ai eu la chance que celui-ci réponde d'emblée à toutes mes interrogations. Les étapes, présentées par "leçons", sont très bien expliquées et détaillées en images. Les points semblent d'une facilité déconcertante bien que ce soit un peu différent, l'aiguille en main!

IMG_4888

IMG_4889

 Écoutant les conseils d'une professionnelle charmante et avisée, je me suis procurée le matériel nécessaire. La finesse du résultat dépend de la toile et des cotons utilisés. Pour m'exercer, j'ai choisi une toile 8 fils assez grossière (comprendre 8 fils au cm2), du coton perlé n°8 et n°5 de même teinte que la toile et une paire de ciseaux fine et très pointue.

IMG_4880

IMG_4898

 

 

 

 

 

 

 

 

 Après avoir tendu et enroulé mon métrage de toile sur le métier à broder, j'ai faulilé les bords pour éviter son effilochement, posé mon porte-aiguilles aimanté, j'étais fin prête pour prendre ma première leçon.

IMG_4881

IMG_4882

IMG_4883

IMG_4887

 

 Le passé plat.
 Le passé plat est la base de ce type de broderie. Il consiste à effectuer un certain nombre de "tirets" sur 4 fils de la toile en général. Il est travaillé en "blocs" de 5 tirets disposés en carrés, rectangles, losanges..... permettant un ajourage parfait.

IMG_4891

IMG_4896

IMG_4892

 Les variantes du passé plat sont innombrables. Les plus courantes sont disposées en étoile:
  •  l'étoile norvégienne.

IMG_4893

  •  le motif tulipe.

IMG_4894

 

 L'ajourage.
 Cette opération est minutieuse et doit être exécutée dans un environnement calme. Il serait dommage de réduire à néant des heures de travail par un seul petit fil coupé à tort!
 Il s'agit de couper tous les fils de la trame entre deux blocs de passé plat, dans la bonne orientation, puis de les enlever délicatement avec l'aiguille à broder ou une pince à épiler.

IMG_4901

IMG_4902

 Selon la forme de la base, on obtient des entrelacs différents. Cette opération est la préparation de la phase suivante: la constitution des barrettes.

IMG_4917

IMG_4915

 Ma technique laisse à désirer... j'aurai besoin des conseils d'une "pratiquante" car malgré mes efforts, les fils coupés s'aperçoivent au bord des passés plats. Il faudra que je trouve une solution pour les rendre complètement invisibles en les rentrant sous le point lancé. S'ils sont discrets sur une broderie ton sur ton, je pense qu'avec un fil de couleur le résultat paraîtra bien négligé...

 

 Les barrettes.

Elles sont obtenues en habillant les fils présents après ajourage par un coton perlé plus fin. Pour voir les diverses façons de créer des barrettes, la préparation consiste à délimiter des carrés ajourés en appliquant les méthodes acquises précédemment.

IMG_4904

IMG_4905

  • Barrettes au point de cordonnet sur 4 fils.

 La barrette est formée par le coton qui entoure les 4 fils laissés libres.

IMG_4911

  • Barrettes au point de cordonnet sur 2 fils.

 Le coton entoure les 4 fils mais 2 à 2. On obtient une barrette double.

IMG_4912

  • Barrettes au point de reprise.

 Le coton enserre les 4 fils 2 à 2 mais en navigant d'un groupe à l'autre à chaque passage de l'aiguille. Le résultat ressemble au précédent mais les deux parties de la barrette double sont accolées l'une à l'autre.

IMG_4920

  • Barrettes tissées.

 Le coton navigue entre les 4 fils dans un mouvement de tissage par dessus et par dessous en alternance.

IMG_4914

 Lors de la fabrication des barrettes quelque soit la technique utilisée, il est très important de juxtaposer le coton sans espace ni chevauchement. Le travail en "escalier" permet d'obtenir un travail soigné sur l'envers.

 J'ai rempli ma première "page" d'exercices. C'est une première application des principes dispensés dans l'ouvrage de Frédérique Marfaing qui demande beaucoup, beaucoup de révisions et de pratique pour arriver à un résultat bien supérieur à ce que j'ai obtenu mais il faut bien commencer "par un bout"!

IMG_4919