Pour Noël, j'ai toujours envie de vous conter une histoire. Je crois que l'ambiance festive s'y prête. Après "Le petit renne au nez rouge" et "Le chaton perdu", voici une aventure spécialement écrite pour vous cette année.... En attendant de se retrouver lors de nos rendez-vous hebdomadaires en 2019.

 

frise-noel-png-2

  

Le rêve de Grine (par Plume)

 Au cœur d’une immense forêt poussait le petit Grine, un jeune sapin. Enfin il essayait car ses voisins étaient tellement touffus et imposants qu’il avait du mal à étaler sa ramure. Ils le contraignaient à baigner dans l'ombre si bien qu'il était obligé de se contorsionner pour happer quelques maigres rayons de soleil. Cette gymnastique incessante lui avait provoqué une inclinaison permanente de la tête. « Puisque je ne peux pas m’étirer comme les plus grands, je vais tenter d’être aussi hauts qu’eux. » pensa-t-il plein d’espoir. Il poussa de tout son poids sur son pied, encore et encore, tellement fort qu'il en eût mal aux racines. Mais, malgré tous ses efforts, il dût se rendre à l’évidence, ça ne servait à rien. Il ne serait jamais aussi beau ni aussi majestueux que dans ses rêves. Cette pensée le rendit si triste que toutes ses aiguilles s’affaissèrent autour de lui, en une piteuse couronne désordonnée.

 Son ami Rouxy, un écureuil malicieux, fût très inquiet de le trouver si déprimé. « Qu’est-ce qu’il y a ? Tu ressembles à un plumeau tout mouillé. Je ne t'ai encore jamais vu si malheureux? ! »

 Grine fit un gros effort pour ne pas fondre en larmes et répondit d’une petite voix chevrotante : « Je ne deviendrai jamais un superbe arbre de Noël ! Pourtant, j’ai essayé de toutes mes forces, mais je n’arrive pas à grandir, à faire pousser mes branches, à avoir plus d’épines … Je suis petit, laid et tout tordu. Qui voudrait de moi dans son salon ? Même si un jour par bonheur, j’étais choisi, je ne suis même pas sûr d’être assez fort pour porter les décorations scintillantes. Je suis nul ! » Après cette déclaration, il éclata en sanglots et bon nombre de ses aiguilles secouées par ses hoquets de désolation se retrouvèrent éjecter dans les airs, le dénudant encore un peu plus.

Rouxy, stupéfait par le désespoir de Grine, décida de lui raconter ce qu’il savait :

 - Arrête de pleurer et écoute-moi ! Devenir un bel arbre décoré pour Noël a toujours été ton rêve, je le sais mais, à bien y réfléchir, je ne pense pas que ce soit une destinée très enviable. Sais-tu comment les sapins sont traités après la fête ? N’as-tu jamais entendu parler de ceux que tu as regardé partir avec envie ? As-tu une idée de ce qu’ils sont devenus ? Crois-moi, il vaut mieux que tu ne portes jamais la marque de ceux qui font le voyage car ce sera le dernier !»

 A ces mots, Grine renifla bruyamment et, intrigué, interrogea son ami. Il savait que les graines de ses cônes ne suffisaient pas à rassasier ce gourmet. Il le voyait souvent s’élancer vers les parcs et les jardins de la petite ville la plus proche pour y dénicher toutes sortes de nourritures selon les saisons : des baies, des bourgeons, des glands, des faînes et surtout sa gourmandise favorite … des noisettes. Mais l’écureuil restait discret et ne lui racontait jamais ce qui se passait là-bas.

 - Qu’est-ce que tu veux dire ? demanda le petit sapin.

 - Je suis désolé de casser ton rêve mais j’ai vu un grand nombre de sapins désespérés et grelottant de froid sur les trottoirs ou dans les jardins après Noël. Débarrassés de leurs décorations, ils attendent d’être brûlés dans la cheminée de la maison où ils étaient fêtés comme des rois quelques jours plus tôt. Veux-tu donc avoir une fin aussi triste ? 

 Stupéfait d’apprendre une si mauvaise nouvelle, Grine ne voulut plus se faire grand et beau. Il préféra se cacher derrière les conifères bien plus épais que lui et il était plutôt doué dans ce rôle. Ne pas attirer les regards des bûcherons fût la seule solution qu’il trouva pour éviter un destin aussi terrible. Finalement, être petit, tordu et malingre, tout ce qu’il avait détesté, n’était pas si mal. Mais c’était sans compter sur le regard acéré du garde forestier chargé d’entretenir les forêts. Malheureusement, après une de ses visites, Grine se trouva affublé d’une horrible croix rouge, signe que les bûcherons pouvaient l’éliminer. Il avait beau se trémousser dans tous les sens, la croix, faite de peinture, ne s’effaçait pas bien sûr.

 Loin de se douter de la raison de ce manège, Rouxy éclata de rire :

 - Grine…c’est une nouvelle danse que tu essaies d’inventer ? Je dois t’avouer qu’elle n’est pas très harmonieuse. On croirait voir un ver se tortiller mais en moins souple! 

 - Non, ne te moque pas ! Tu n’as pas vu ce que le garde forestier m’a fait ? cria-t-il furieux. A force de me rabougrir pour disparaître, évidemment il a fini par me remarquer … justement ce que je voulais éviter ! se lamenta-t-il.

 C’est alors qu’en levant les yeux, l’écureuil vit l’odieuse marque. Fou d’inquiétude, son rire s'étrangla dans sa gorge. Il devait trouver une solution très vite pour empêcher les bûcherons de détruire son ami. Heureusement, depuis qu’il parcourait en tous sens ces lieux boisés, il connaissait le langage de ces signes qu’utilisaient les Hommes pour entretenir la forêt, enlever les arbres les plus faibles pour laisser la place aux plus forts.

 Quand il revint vers son ami, il pensait avoir trouvé une ruse qui, avec un peu de chance, pouvait tromper les scieurs de bois.

 - Je crois avoir une idée mais il faut m’aider car ça risque d'être un peu douloureux. Il faut que tu restes immobile le plus longtemps possible. Tu crois que tu peux essayer ? demanda t-il anxieux

 - Je ferai ce que tu veux si tu peux me sortir de là. Qu’est-ce que tu vas faire ? déclara le petit sapin plein d'espoir.

 - Je ne peux pas t’en dire plus avant de savoir si je réussis. Vite, il ne faut pas traîner car j’ai du boulot ! dit Rouxy impatient, en se faufilant dans les branches du sapin.

 Longtemps, l’écureuil s’affaira sur sa besogne en caracolant le long du tronc d’arbre du sommet jusqu’au sol. De temps en temps, on entendait un « Aïe » strident suivi d’un « Pardon » penaud. Au bout de quelques heures harassantes, soufflant et transpirant de sa course folle, Rouxy s’assit face à Grine avec un air de conspirateur satisfait.

 - Alors ? demanda le petit conifère. Tu as l’air bien content. Peux-tu m’expliquer maintenant ?

 - Bien sûr, répondit son ami. D’abord il faut que tu saches ce que veulent dire tous ces signes. Comme tu l’as déjà compris, la croix désigne un arbre à éliminer. Deux autres marques sont utilisées pour choisir les arbres de Noël. Ceux portant un rond doivent être coupés car ils sont assez forts pour vivre le temps de la fête sans racine. Enfin, ceux portant un trait sont déterrés et rempotés dans de grands seaux avec beaucoup de leur terre natale ainsi ils pourront être replantés plus tard.

 - Ok, j’ai compris mais qu’est-ce que ça change, elle a beau être tordue, ma tête porte une croix!

 - Plus maintenant, rétorqua malicieusement Rouxy

 - Ah bon ? s'étonna Grine

 - Je t’ai légèrement maquillé ...

 - Mais...je ne suis pas une fille!

 - Évidemment mais c'est autre chose. J'ai grignoté l'écorce d'une des barres de la croix. Désolé de t’avoir fait un peu mal parfois car c'était difficile mais ça en valait la peine. Pour cacher les entailles fraîches, je les ai barbouillées d'un mélange de terre, de mousse et de feuilles séchées, ça t'aidera à cicatriser plus vite. Maintenant tu portes un trait! Tralalère ... tralalalalère... chatonna Rouxy, en sautillant de joie, très content de la réussite de son entreprise.

 - C’est vrai ? Quel bonheur ! Comment pourrai-je te remercier, cher Rouxy. Grâce à toi, je ne vais pas terminé en table, en clôture de jardin ou en je ne sais quel matériel de bois.

 Les deux amis restèrent ensemble jusque tard dans la nuit à se raconter leurs rêves et leurs espoirs. La journée se termina bien plus confiante qu’elle n’avait commencé.

 Quelques jours plus tard, Grine fût emporté avec une énorme motte de terre jusque dans une petite maison de la ville voisine. En un tour de main, il fût recouvert de boules scintillantes, de guirlandes clignotantes, de cheveux d’anges. Coiffé d’une magnifique étoile d’or, un peu de travers, il était fier de tendre ses branches pour porter toutes les décorations qu'on lui avait confiées, pas si lourdes finalement. Il a eu le bonheur de protéger les chaussures de toute la famille, de voir le Père Noël déposer délicatement les cadeaux dans chacune d'entre elles et enfin, d’assister à l’explosion de joie des enfants au petit matin. Tout se passait comme il l’avait imaginé mais en mieux ! Certes, la maison n’était pas grande, mais lui non plus et elle était tellement pleine d’amour qu’il ne pouvait pas être plus heureux.

 Après les fêtes, à l’heure où tous ses congénères étaient dépouillés de leurs parures et sortis des maisons, Grine fût planté dans un coin du jardin. Au début, ce fût un peu difficile de s’adapter à cette nouvelle vie mais son ami Rouxy ne manquait jamais de venir lui raconter les aventures de sa forêt. Il a continué de grandir et de s’étendre en gardant toujours son petit air penché si craquant qui, sans aucun doute, lui avait permis d'être choisi entre tous. Une belle cabane en bois avait été construite dans l'entrelac de ses branches devenues robustes et les enfants ne manquaient jamais une occasion de s'y réfugier après l'école. Ils adoraient Grine, ce petit sapin qui ne ressemblait à aucun autre avec son air penché et profitaient de son ombre pendant les grosses chaleurs de l’été. Enfin, il a atteint le comble de la fierté quand son ami l'écureuil lui a fait suffisamment confiance pour construire son nid sur sa fourche la plus haute. Il a assisté à la naissance de ses petits et les a jalousement protéger des prédateurs.

 Maintenant, il est devenu bien trop grand pour rentrer dans la maison mais il sait que même si la nature l'a rendu différent il a gagné en originalité ne ressemblant à personne. L'amitié lui a permis de faire de sa différence un atout et de transformer ses faiblesses en forces. Malgré ses craintes, il a réalisé son rêve qui se poursuit toujours puisque tous les Noëls, une longue et belle guirlande multicolore clignotante l’enveloppe délicatement le désignant comme le plus beau de tous les sapins du quartier.

 

sapin Noël 2018