IMG_7536

 

 

 

 

 

 

 

 Editions Fayard

 229 pages

 

 

 

 

 

 

 

L'auteur:

IMG_7537

 Robert Badinter est né le 30 mars 1928 à Paris dans une famille d'origine juive de Bessarabie. Après la guerre, il fait des études de  Lettres et de Droit puis s'inscrit au Barreau de Paris en 1951. Après la soutenance d'une thèse sur les conflits de droits aux Etats-Unis il obtient l'Agrégation en 1965 et devient maître de conférence de Droit Privé à l'Université. Parallèlement il mène une carrière politique en entrant au Parti Socialiste en 1971. Il assura la défense dans de nombreux dossiers épineux dont le plus médiatisé reste celui de Patrick Henry qu'il sauva de la peine de mort en 1977. En qualité de Ministre de la Justice (1981 à 1986), il livrera des combats difficiles dont le plus sensible: la loi sur l'abolition de la peine de mort, promulguée en octobre 1981. Il est aussi à l'origine du nouveau Code Pénal, de l'abrogation du délit d'homosexualité notamment pour les majeurs de moins de 21 ans. Il est aussi connu pour ses positions comme l'antisémitisme, les crimes racistes, les crimes contre l'Humanité, la réinsertion des détenus...etc.

 

4° de couverture: 

J'ai écrit ce livre en hommage à ma grand-mère maternelle, Idiss.

Il ne prétend être ni une biographie, ni une étude de la condition des immigrés juifs de l'Empire russe à Paris avant 1914.

Il est simplement le récit d'une destinée singulière à laquelle j'ai souvent rêvé.

Puisse-t-il être aussi, au-delà du temps écoulé, un témoignage d'amour de son petit-fils.

R.B.

 

Mon avis:

 J'ai toujours eu beaucoup d'admiration pour cet homme, pour son combat pour la défense des droits de l'Homme et sa victoire emblématique de l'abolition de la peine de mort. Quelques soient ses opinions, au-delà de toute considération politique, même si le débat est clos aujourd'hui mais revient régulièrement sur son bien-fondé plus de 37 ans après son adoption, on ne peut rester insensible au charisme et à l'esprit vif de ce jeune homme de plus de 90 ans. Je ne pouvais passer à coté de cette parution, surtout après avoir suivi l'émission télévisée "La Grande Librairie".

 A l'aide d'une plume sobre, précise et pudique, Robert Badinter raconte l'histoire de sa famille qui n'est autre que le récit tragique de la destinée des juifs européens dans la première moitié du siècle dernier. Ce texte relate concrètement le contexte géopolitique de l'époque et raconte comment, en fuyant les pogroms de l'empire tsariste, les réfugiés yiddish d'Europe Centrale ont réussi à s'intégrer en France, qu'ils voyaient comme une Terre de Liberté et de Tolérance.

 L'auteur navigue entre une émotion retenue et une distance d'historien pour relater la destinée de sa grand'mère Idriss qui a connu le déracinement et la violence de l'antisémitisme et dont la seule richesse était son amour inconditionnel pour sa famille. Aussi intime qu'il soit, ce récit apporte un éclairage supplémentaire à nos connaissances sur l'Histoire d'avant 1942.

 Les confidences jamais impudiques, confiées dans un texte accessible aux courts chapitres semblables à une synthèse de souvenirs d'enfant, mettent le lecteur face à la blessure indélébile du déchirement et permettent de comprendre le parcours de Robert Badinter pour devenir l'homme qu'il est.