Mariages- Au revoir- Princes

 

 

Catégorie 15, livre voyageur: "Mariages de saison" de Jean-Philippe Blondel

Mariages de saison

 Corentin est vidéaste. Étant surveillant dans un établissement scolaire, l'été pendant ses vacances, il seconde son parrain dans sa boutique de photos vidéos. Avec le beau temps, les mariages sont de retour et le travail abonde. Le duo fonctionne bien, Yvan photographie pendant que lui filme.

 Un jour, une mariée lui demande de filmer en aparté sa profession de foi et d'amour envers son mari. Corentin est bouleversé de partager, silencieusement, des confessions aussi intimes confiées par une inconnue. Cet instant va s'imprimer dans son esprit. Il va proposer le même scénario à chaque couple ainsi qu'à ses proches voulant bien se prêter au jeu.

 Toutes ces confidences, ces tranches de vie, ces inconnus qui s'unissent par amour, vont le conduire à s'interroger sur ses choix, sa vie, son avenir.

Mon avis:

J'ai trouvé ce bouquin dans "une boite à livres" mise à disposition des passants. Belle initiative qui est, malheureusement, trop peu répandue. Je ne connaissais pas l'auteur et la couverture m'a plu. Le style de JP Blondel est direct, alerte, très convivial, un brin caustique. L'alternance des mariages et des confidences filmées confèrent une dynamique importante au roman.

En ce qui concerne l'histoire, l'idée donnait de multiples possibilités pour traiter les différentes cérémonies religieuses ou non. J'ai relevé de nombreux clichés à la chaîne sur la "petite" bourgeoisie avec une belle-mère omniprésente, les homosexuels, les provinciaux bien pensants pas totalement racistes mais quand même...etc. A mon sens, le sujet principal du roman est la prise de conscience de Corentin, sur ce qu'il fait de sa vie mais je n'ai rien trouvé qui puisse démontrer son évolution psychologique, provoquée par la mise à nu des personnages. Paradoxalement, l'auteur traite ces confidences avec beaucoup finesse. J'aurais aimé qu'il en fasse de même avec la détresse de Corentin.

En résumé, c'est un livre avec lequel le lecteur va sourire, parfois rire sans jamais ressentir totalement le malaise du personnage principal et dont la fin est quelque peu improbable. Un livre qui se lit facilement et s'oublie de même.

 

***************************************

Catégorie 40, Wish List: "Au revoir là-haut" de Pierre Lemaitre

Au revoir là-haut

 Pendant la 1° guerre mondiale, la bien nommée Guerre des Tranchées, deux poilus se sont sauvés la vie mutuellement. C'est ainsi qu'Albert Maillard et Edouard Péricourt sont devenus amis pour la vie. Ils n'ont rien de commun, ni origines sociales, ni intellect, ni caractère mais ils ne vont plus se quitter. Edouard est devenu une "gueule cassée", un obus ayant emporté la moitié de sa mâchoire. La paix signée, il ne veut pas rentrer chez lui où un père froid et distant, rejetant la "différence" de son fils, l'attend. Il refuse, également, la chirurgie orthopédique qu'on lui propose et préfère rester défiguré sans pouvoir parler. 

 Albert, lui, personne ne l'attend. Il héberge Edouard sans hésitation et fait des petits boulots pour qu'ils puissent vivre. Il admire les talents d'artiste de son ami qui s'invente, tous les jours un masque différent pour cacher son infirmité. La fillette de leur logeuse vient embellir le duo de son innocence et son intelligence en prenant soin d'Edouard. Mais le lieutenant Henry d'Aulnay-Pradelle fait irruption dans le paysage. Albert sait qu'il est à l'origine de leur "mise à mort" ratée sur le front. Il déteste autant qu'il se méfie de cet arriviste obstiné.

 De son coté, Edouard, brillantissime, met au point une escroquerie de grande envergure.

Mon avis:

Que dire de ce roman magistralement écrit du début à la fin dans lequel l'auteur joue superbement avec les mots. Le sujet a été maintes fois abordé mais jamais avec autant de tristesse et de cruauté. Pourtant ce récit renferme autant d'amour que d'humour malgré le contexte difficile.

De nombreuses questions sont abordées avec pudeur pour dénoncer l'accueil que la société a réservé à cette chair à canon, estropiée ou non, revenue des atrocités des tranchées et qu'elle aurait bien voulu oublier pour reconstruire le pays. Les situations de guerre sont décrites sans filtre, les blessures atroces, le vacarme des armes et des hurlements, les odeurs pestilentielles, les destins brisés, les gueules cassées et les corps mutilés....en un mot, le carnage. Comment se réadapter à la vie en société avec un tel traumatisme?

D'autres sujets sont aussi traités, toujours d'actualité, le courage, la loyauté, la tromperie, la médisance, l'orientation sexuelle, l'absence.....

Ce livre a été porté à l'écran récemment et je ne résisterai pas au plaisir de voir comment il a été traité en images, même si souvent, pour d'autres romans, cette démarche s'est soldée par une déception.

 

***************************************

Catégorie 10, science-fiction: "Les neufs princes d'Ambre" de Roger Zelazny

Les neuf princes d'Ambre

 Dans une ambiance délétère, un amnésique s'échappe d'un hôpital psychiatrique. D'après son dossier médical, il apprend son nom et celui de la personne qui l'a fait interner. Il veut la retrouver pour comprendre. Carl Corey, en supposant que c'est lui, se rend chez Flora. En face d'elle, il a le sentiment de bien la connaître mais n'arrive toujours pas à percer le brouillard qui englue ses souvenirs.

 Profitant d'une de ses absences, il fouille la maison et trouve un jeu de tarots étrange. Glacé au toucher, les illustrations sont superbes. Il se reconnaît sur l'une d'entre-elles. Flora est représentée sur une lame sous le nom d'Evelyn. C'est ainsi qu'il apprend son vrai nom, Corwin, et réalise que tous les personnages sont ses frères et soeurs. Il peut contacter chacun d'entre eux à l'aide d'atouts; ce jeu n'est autre qu'un "portail" de communication. Bien qu'il sache, maintenant, qu'il appartient à la famille royale du royaume d'Ambre dont un de ses frères, Eric, s'est approprié le trône, il quitte le monde des Ombres (la Terre) pour rejoindre son pays, aidé d'un son frère Random. Ainsi s'engage un périlleux voyage où les épreuves ne lui seront pas épargnées.

Mon avis:

La SF n'étant pas mon domaine de prédilection, c'est un jeune adulte qui m'a prêté ce livre. Certains le classent dans le domaine de la SF, d'autres dans celui de la Fantasy, honnêtement je n'en sais rien car rien de tout cela ne me parle vraiment! Abordant un monde inconnu, j'ai cherché la biographie de l'auteur Roger Zelazny (1937-1995). J'ai appris qu'il avait passé la majeure partie de son oeuvre littéraire à explorer les mythologies (ici, celte) en s'interrogeant sur l'immortalité.

Ce volume est le premier tome d'une série où les méchants, très méchants, vont affronter les gentils, pas toujours irréprochables, dans une lutte à mort pour conquérir le trône dont tous se réclament comme le légitime occupant et avec lui s'accaparer du  Pouvoir. Rien n'est épargné au lecteur des machinations de cette famille nombreuse complètement tordue, combats épiques et sanglants, tempêtes meurtrières aussi violentes que fugaces, mutilation, évasion....un mélange de cynisme et d'humour noir scandant les actions héroïques d'un héritier désabusé.

Après un début au rythme lent et surprenant, on découvre un personnage intriguant dans un tourbillon d'évènements déstabilisants quand on manque de pratique de ce genre de lecture, ce qui est mon cas. Pour l'instant, je n'ai pas l'intention de poursuivre la lecture du cycle bien que ce premier tome nécessite, obligatoirement, une suite puisque il est la mise en place des pions sur l'échiquier de l'aventure.